LES MAISONS DE TISSERANDS

 

Les tisserands de chanvre et de laine ont laissé dans l’architecture mancelle, des habitats situés rive droite de la Sarthe qui témoignent de leur activité. Il s’agissait d’une population ouvrière à domicile, composée de fileuses, de compagnons et de sergers (fabricants de tissus), métiers progressivement disparus avec l’apparition du tissage industriel au XIXe siècle.

Ces maisons comme celles des rues de l’Union, Guillot-Ami et de la Perrine entre autres, sont caractérisées par leur petit gabarit sur un seul niveau.

Le rez-de-chaussé, surélevé de quelques marches en pierre de roussard, permettait ainsi de laisser entrer la lumière par un soupirail dans la cave-atelier. Celle-ci, creusée peu profondément, conservait assez d’humidité pour que les fils de chanvre installés sur le métier à tisser ne cassent pas. 


Avant d’être filé puis tissé, le chanvre subissait un rouissage. Cette technique consistait en une immersion dans la rivière Sarthe pour obtenir une macération de la plante afin de séparer l’écorce de la tige.